Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates !

Trending News
25 Sep 2021

Blog Post

3 avantages de la virtualisation des données pour les retailers
Brèves

3 avantages de la virtualisation des données pour les retailers 

Le développement de ventes en-dehors des magasins est désormais l’un des enjeux principaux des retailers, ceux-ci s’interrogeant sur la façon de digitaliser les opérations, assurer l’e-commerce et le click & collect. Ils n’ont d’autre choix que de s’adapter, voire se transformer, au risque de ne pas pouvoir suivre la cadence.

La crise sanitaire a sans conteste accéléré un grand nombre d’initiatives digitales et le secteur du retail n’a pas été épargné. Bien au contraire, les confinements successifs et les fermetures des commerces dit non essentiels ont transformé notre façon de consommer et d’interagir avec les marques. S’il est une chose que cette crise nous a appris, c’est que le développement de ventes en-dehors des magasins est désormais l’un des enjeux principaux des retailers, ceux-ci s’interrogeant particulièrement sur la façon de digitaliser les opérations, assurer du e-commerce ainsi que du click & collect. Pour résister à cette crise inédite, les retailers n’ont d’autre choix que de s’adapter, voire se transformer, au risque de ne pas pouvoir suivre la cadence.

Véritable accélérateur de projets, la virtualisation des données permet d’obtenir des résultats très rapidement. Parce qu’elle se connecte et réconcilie toutes les données nécessaires à la transformation, cette technologie permet aux acteurs du retail d’exploiter des données qui n’ont pas pu l’être avant. Faisons le point sur les trois domaines pour lesquels les retailers peuvent tirer parti de cette technologie.

1. Simplification de la transition vers le cloud

Afin d’être en mesure de se transformer et d’assurer la continuité de leurs services auprès de leur clientèle, de nombreux retailers ont choisi d’accélérer leur transition vers le cloud. Il est en effet crucial d’être en mesure de se transformer pour réagir et s’adapter à la situation actuelle, même si celle-ci tend à s’améliorer. Néanmoins, une migration vers le cloud n’est pas chose facile, en particulier dans un contexte de crise. L’adoption du cloud continue certes de prendre de la vitesse, elle reste cependant soumise à un certain nombre de défis comme la sécurité, la gestion et le suivi des dépenses cloud, ou encore le manque de compétences cloud. Les entreprises éprouvent en effet des difficultés à migrer leurs ressources d’information critique compte tenu de la complexité du big data.

La virtualisation des données fait ici office de facilitateur et permet aux DSI de simplifier la migration vers le cloud. Elle apporte une touche de collaboration qui permet de simplifier la mise en place des infrastructures en fournissant une infrastructure virtuelle. Elle facilite par ailleurs le traitement des données tout en maintenant la performance et en ne dupliquant pas les données. Peu coûteuse, elle tire le meilleur parti des investissements existants et permet de mieux les utiliser.

En adoptant et en tirant parti du cloud au maximum de son potentiel, les retailers seront en mesure d’augmenter leurs revenus en offrant une expérience client personnalisée.

2. Vue client 360

Dans le secteur du retail, la virtualisation des données est une boite à outils permettant de moderniser la vue client 360. Dans le cadre d’une stratégie omnicanale, la mise en place d’une couche de virtualisation des données au-dessus de sources disparates permet aux retailers d’agréger leurs données en temps réel et de créer ainsi une vue unique du client. Par ailleurs, la capacité de cette technologie à prendre en charge non seulement des données structurées – c’est-à-dire des données qui ont été formatées (bases de données clients, inventaires de produits, fichiers de vente, etc.) – mais aussi des données non structurées – ces données n’ayant pas de format spécifique tels que les fichiers texte, les rapports ou encore les commentaires publiés sur les réseaux sociaux – peut offrir un véritable avantage concurrentiel. En effet, une récente étude de Forrester Consulting, commanditée par l’éditeur américain Reputation, démontre que les entreprises exploitent encore peu les données non-structurées à des fins de marketing ou d’amélioration de l’expérience client. 70% des décideurs interrogés ont pourtant déclaré être convaincus de l’importance des données non-structurées pour atteindre leurs objectifs d’amélioration de l’expérience client. Leur principale difficulté ? La collecte de ces données.

Grâce à la virtualisation des données, il est également possible pour les retailers de facilement mettre en place des API (interfaces de programmation) qui leur permettront d’intégrer des services externes délivrés par des partenaires. Ils seront ainsi en mesure de moderniser leurs opérations et proposer des services plus personnalisés à leur clientèle sans avoir à investir dans une refonte complète de leur infrastructure technologique. Ceci représente un gain de temps et d’argent non-négligeable.

3. Mise en place de stratégies RGPD

Qui dit RGPD dit droit à l’oubli. La virtualisation des données connecte toutes les sources disparates en les rendant accessibles à partir d’une seule couche unique mais permet également de suivre les modifications apportées aux données. Lorsqu’une demande de droit à l’oubli est reçue, la virtualisation des données inspecte les sources et les applications, afin de mettre en place des stratégies de suppression de la donnée et d’assurer la traçabilité jusqu’au système source.

Rappelons que l’un des volets du RGPD stipule que les données doivent être exactes. En d’autres termes, si des données personnelles sont modifiées par un utilisateur, les changements doivent être appliqués immédiatement et sans délai dans toute l’entreprise ! La virtualisation des données évite de répliquer ces modifications, ainsi que les délais inhérents à la mise à jour des informations des clients. Les utilisateurs disposent des informations exactes telles qu’elles sont appliquées dans le système d’enregistrement sans risquer d’accéder à des copies locales et non synchronisées de données qui n’ont pas été mises à jour.

Au cours des vingt dernières années, les retailers ont dû composer avec une clientèle de plus en plus exigeante. Les clients ont aujourd’hui la possibilité de rechercher les options disponibles, de lire les avis d’autres consommateurs, de comparer leurs notes avec celles de leurs réseaux personnels et professionnels, et de simplement se tourner vers une autre marque. Ils s’attendent désormais à interagir avec les retailers avec la même immédiateté qu’ils le font sur les réseaux sociaux. Comme la virtualisation des données s’adapte à l’infrastructure existante dans son état actuel, elle est relativement facile à mettre en œuvre par rapport à d’autres solutions. Et parce qu’elle fournit une vue des données en temps réel, à partir d’une variété de systèmes qui sont normalement très longs à intégrer, tels que les systèmes de traitement transactionnel et les systèmes de stockage sur le cloud, elle peut prendre en charge une grande variété d’utilisations. Il ne s’agit pas d’une technologie big bang. Elle vient au contraire véritablement s’intégrer à l’écosystème client sans rien casser mais en l’optimisant.

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *