Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates !

Trending News
25 Sep 2021

Blog Post

Tech, World

L’impact, un mot fourre-tout devenu une tendance entrepreneuriale 

727. C’est le nombre de startups tricolores dites « à impact » recensées par Bpifrance Le Hub et France Digitale dans leur première cartographie commune du secteur. L’impact est dans toutes les bouches de l’écosystème tech français et mondial. Mais qu’est-ce que c’est? Tout en rappelant qu’il n’existe pas de définition formelle de ce mot, Bpifrance décrit les entreprises à impact comme des « sociétés commerciales qui possèdent plusieurs objectifs sociaux et environnementaux » . La banque d’affaires londonienne GP Bullhound publiait déjà en mars dernier un rapport témoignant de l’intérêt des investisseurs pour les entreprises parvenant à associer performances environnementales, sociales et financières.

Cette nouvelle publication, qui se concentre sur l’écosystème français, montre que le pays n’est pas en reste. En effet, les habitudes de consommation évoluent, les lois en faveur de la transition écologique aussi. Ce changement de paradigme donne de nouvelles idées d’entreprises et fait aussi évoluer les politiques d’investissements des fonds, qui deviennent plus sensibles aux critères ESG – environnementaux, sociaux et de gouvernance. Certains fonds et véhicules d’investissements naissent même sur ce segment, comme 2050, créé par Marie Ekeland, et Founders Future, de Marc Ménasé.

4,4 milliards d’euros investis

Et les chiffres de cette première cartographie française parlent d’eux-mêmes : les 727 startups répertoriées emploient 17 802 personnes dans le pays. Pour rappel, Emmanuel Macron estimait que la French Tech avait permis la création de 150 000 à 200 000 emplois dans les 120 entreprises les plus prometteuses du Next 40 et FT 120. Contrairement à ce que semblent indiquer ces chiffres significatifs, l’engouement pour la création d’entreprises autour de la notion d’impact est relativement nouvelle, puisque 61% de ces jeunes pousses ont été créées il y a moins de 5 ans. Ces entreprises ont engrangé à elles seules 4,4 milliards d’euros investis depuis leur création, avec sept opérations qui survolent toutes les autres – au-dessus de 100 millions d’euros – qui ont bénéficié à des startups qu’on ne présente plus : Blablacar, Ynsect, Vestiaire Collective, Innovafeed, Ecovadis et Actility.

« Cette cartographie montre l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs soucieux de leur impact sur la société, se réjouit Frédéric Mazzella, co-fondateur de BlaBlaCar et co-président de France Digitale, cité dans un communiqué dédié. Dépassant la simple nécessité d’être équilibrés économiquement, les projets affichent des modèles vertueux dans le domaine de la consommation responsable, des villes plus durables ou de la lutte contre le changement climatique, tout en démontrant qu’ils sont de sérieux pourvoyeurs d’emplois locaux et durables » . Une aubaine pour la France selon l’entrepreneur, qui poursuit : « Nous voyons émerger des champions de l’impact. La France a une véritable carte à jouer pour devenir une référence en la matière et faire de l’impact la norme. Au-delà des effets directs de ces sociétés sur l’amélioration de notre environnement, ce positionnement positif de la France en fait un pays attractif pour les capitaux et les talents du monde entier » .

Sous la grande catégorie de « l’impact » , l’industrie la plus représentée est celle de l’énergie, avec 95 startups, soit 13% des jeunes pousses répertoriées, qui proposent des solutions d’énergie verte et de réduction de consommation d’énergies fossiles. On compte parmi elles EkWateur, Hello Watt et Nawa Technologies. Au même niveau, les entreprises dans le milieu agricole et alimentaire dominent le classement, avec des succès entrepreneuriaux comme Ynsect, La Ruche qui dit Oui et Agricool. En troisième position, le secteur de la mobilité brille aussi, avec le regroupement des entreprises proposant des offres de déplacements éco-responsables. La star du secteur reste Blablacar, plateforme aux 90 millions d’utilisateurs dans 22 pays, qui affirme avoir permis d’économiser plus d’1,6 millions de tonnes de CO2 depuis sa création en 2006. Enfin, on retrouve un focus sur l’économie circulaire, qui dénombre 67 startups dont Back Market, Vestiaire Collective et Phénix notamment. On n’a pas fini d’entendre parler d’ « impact » dans l’écosystème tech français.

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *