Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates !

Trending News
25 Sep 2021

Blog Post

Changpeng Zhao (Binance) : “Des milliers de cartes Binance sont émises chaque semaine en Europe”
Newsbeat

Changpeng Zhao (Binance) : “Des milliers de cartes Binance sont émises chaque semaine en Europe” 

Le patron de la plus grande plateforme de cryptomonnaies au monde en termes de volumes nous livre ses ambitions en Europe et en France.

JDN. Vous avez assisté au Paris Blockchain Week Summit qui s’est déroulé les 9 et 10 décembre dernier. Que représente le marché français pour Binance ? 

Changpeng Zhao, alias CZ, est le CEO de Binance. © Binance

Changpeng Zhao (alias CZ). La France s’est développée assez tard sur le marché des cryptomonnaies comparé à d’autres pays en Europe comme la Belgique et les Pays-Bas. La situation a changé, la France est bien plus active désormais sur le secteur. Elle est devenue un marché très important pour nous depuis l’année dernière. 

Avez-vous désormais une présence en France ?

Nous n’avons pas de bureau physique en France. Nous avons dans nos équipes des personnes qui parlent français et qui comprennent la culture française. Et nous avons un service client en français mais il n’est pas localisé en France. Nous voulons être le plus local possible, même si notre produit est très global. Cela passe par le déploiement de petites équipes un peu partout en Europe pour se connecter aux acteurs locaux. Mais nous opérons tellement de pays que ce n’est pas possible. Si nous avions des équipes de 3 ou 4 personnes par pays, nous serions déjà 600.

Comment appréhendez-vous le marché européen ?

La blockchain a beaucoup de potentiel en Europe. Il y a une forte adoption et de nombreux usages dans les pays européens. L’Europe est probablement le marché le plus important pour nous aujourd’hui. C’est assez logique d’un point de vue économique. Il y a plus de personnes avec un bon niveau d’épargne et des revenus élevés qu’en Asie. Si vous enlevez la Chine et le Japon, l’Asie compte principalement des pays moins développés et la richesse est concentrée chez quelques personnes. En Europe, il y a aussi plus d’usages crypto dans le paiement qu’en Asie puisque de nombreux commerçants acceptent les cryptomonnaies. En Asie, les cryptomonnaies servent principalement à faire de la spéculation. En Europe, il y a plus de holders, de croyants en cryptomonnaies.

C’est pour cette raison que vous avez lancé une carte bancaire en juillet dernier. Etes-vous satisfait du lancement ?

La carte marche très bien. Il y avait une forte demande pour un produit de paiement qui permet de dépenser ses cryptomonnaies. Des milliers de cartes sont émises chaque semaine. Nous voulons rajouter d’autres fonctionnalités : de nouvelles cryptomonnaies bien sûr mais aussi la possibilité de pouvoir payer directement en euros, ainsi que des produits d’épargne.

En octobre dernier, vous avez annoncé la fermeture de votre plateforme Binance Jersey, pourquoi ?

“Il manque des stablecoins en Europe”

Binance Jersey était le premier exchange fiat régulé que nous avons lancé en janvier 2019. Son principal but était de convertir en cryptomonnaies des livres sterling et des euros. Ces deux dernières années, de plus en plus de partenaires nous ont permis d’accepter ces devises sur notre plateforme Binance.com. Nos utilisateurs ont désormais la possibilité de déposer ou retirer des livres et euros facilement via les systèmes SEPA ou Faster Payement. Ils n’ont donc plus besoin d’aller sur Binance Jersey. En plus, il y a davantage de liquidités sur Binance.com.

L’Europe veut établir un cadre commun pour les cryptomonnaies, incluant les stablecoins. Etes-vous satisfait des propositions faites ?

Dans l’industrie crypto, tout le monde souhaite plus de clarté réglementaire. Ce sera donc une bonne chose d’avoir un cadre pour les cryptomonnaies et les stablecoins en Europe. Mais il faut être prudent. Dans quasiment toutes les régions du monde, les régulateurs imposent toujours au début des réglementations excessivement restrictives pour les cryptomonnaies, en imposant un contrôle fort, ce qui peut freiner l’innovation. Je comprends que les premières générations de régulations crypto soient dures car ce sont des applications de ce qui existe dans la finance traditionnelle. Mais la crypto est très différente de la finance traditionnelle.

Avez-vous repéré des projets européens intéressants dans la crypto ?

“Nous regardons de potentiels acquisitions, investissements et partenariats en Europe”

J’essaie de ne pas citer de projets spécifiques car cela peut être mal interprété. Mais je peux dire que je trouve très intéressantes les recherches de la Banque de France sur la monnaie digitale. Il manque des stablecoins en Europe, alors qu’il y en a pleins adossés au dollar américain. Nous aimerions qu’il y en ait plus. Nous espérons trouver des gens ou partenaires ici qui iront dans ce sens. Quand il y aura un stablecoin européen, nous le soutiendrons et nous le listerons. Nous essayons de ne pas développer nos propres projets de stablecoins. Nous avons plutôt l’habitude de promouvoir les stablecoins des autres. Certes, nous avons créé le BUSD, mais il n’est pas émis par Binance, mais par notre partenaire Paxos (aussi à l’origine du service crypto de PayPal, ndlr). 

Etes-vous intéressé par des acquisitions en Europe ?

Nous regardons toujours de potentiels acquisitions, investissements et partenariats en Europe. Nous avons déjà acheté une entreprise qui détient une licence britannique. Les sociétés crypto qui ont des licences en Europe nous intéressent beaucoup car nous voulons être compliant sur le continent. Evidemment, le fait qu’une entreprise ait un produit intéressant et une bonne base d’utilisateurs nous intéressent aussi. Et surtout une équipe qui partage la même vision que nous sur les crypto.

La concurrence s’accélère depuis quelques mois en Europe. Tous les grands acteurs sont présents et PayPal compte se lancer en 2021. N’avez-vous pas peur de perdre la bataille ?

C’est bien d’avoir plein d’acteurs dans l’industrie car ça l’aide à grandir. Chacun offre des services légèrement différents. Nous avons un facteur très différenciant par rapport à tous nos concurrents : les tarifs très bas. Nous essayons toujours de proposer des prix les plus bas possibles. Cela a toujours été notre stratégie et elle a bien fonctionné jusque-là.

Changpeng Zhao, alias CZ, est le CEO de Binance, plateforme asiatique d’échange de cryptomonnaies créée en 2017. Plusieurs milliards de dollars sont échangés quotidiennement sur cet exchange, ce qui en fait le numéro mondial, devant Coinbase et Huobi. Binance table sur un bénéfice compris entre 800 millions et 1 milliard de dollars cette année. Avant de fonder Binance, CZ a créé un éditeur de logiciels, BijeTech. De 2005 à 2013, il était partner au sein du cabinet IT Fusion Systems. Il a également été head of tradebook futures development chez Bloomberg. 

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *